En définitive, c'est quoi le bonheur ?

Cela fait une vingtaine d'années que je suis chrétienne, changée complètement par l’amour et la grâce de Dieu en son fils Jésus Christ. A l'âge de 15 ans mon cœur était profondément rebelle. J’étais dans le doute et la tristesse. Je pensais que c’était à cause des circonstances de la vie que je n’étais pas heureuse, mais j’ai compris rapidement que la raison principale était que j’étais dans le royaume des ténèbres plutôt que dans le royaume de Dieu. Il n’y a rien de spécial ou d'original dans mon histoire. Mes parents m’aimaient et ils m’aiment toujours. J’ai 2 frères dont un a une maladie depuis son plus jeune âge. C'est dans ce contexte difficile que notre famille a évolué et qu'elle a connu beaucoup de difficultés à cause de la maladie de mon frère. C’est ainsi que je suis devenue désespérée et si rebelle. Comme j’ai grandi avec des parents chrétiens, ils m’ont annoncé l’Evangile et j’ai cru que Jésus était le Messie, le fils de Dieu qui s’est sacrifié pour que je puisse être pardonnée de tout ce que je faisais de mal. J’ai bien cru, pourtant ma vie et mon cœur n’ont pas été changés. 

Quand j’ai eu 15 ans j'ai voulu quitter ma région natale et je suis donc partie dans une autre région pour rendre visite à mes grands-parents. Mes grands-parents ainsi que des jeunes adultes qui travaillaient l’été en mission m’ont annoncé l’Evangile. Le Seigneur s’est servi d’eux pour me montrer que j’avais un choix à faire : soit suivre Jésus Christ et lui donner ma vie, soit continuer sur mon propre chemin. Il était très clair dans mon esprit que la meilleure décision à prendre était celle de suivre Jésus si je voulais que ma vie change et que je reçoive enfin la joie, indépendamment des circonstances que je traversais. Ce jour-là j’ai pris la décision de suivre Jésus et d’être, comme le dit l'apôtre Paul dans ses lettres une "esclave" du Seigneur c'est à dire une personne engagée à suivre Jésus et fermement attachée à sa parole. Je peux vous dire en toute sincérité que je n'ai jamais regrettée cette décision. 

Je savais que Dieu m'adressait un appel pour aller vers les nations pour apporter l’Evangile. Je suis allée en Fac où j’ai rencontré mon futur époux. Lui aussi voulait aller vers les nations pour la même raison. Nous nous sommes mariés et Dieu nous a conduits à le servir d'abord auprès des étudiants à l’université. Ensuite j’ai été enceinte et mon mari a commencé ses études dans une faculté de théologie pour un master en théologie. Nous étions aussi très impliqués dans notre église et dans notre quartier. 

Nous avons eu à traverser certaines épreuves pendant ces 7 ans, notamment la perte d’un enfant à 18 semaines de grossesse dans des circonstances traumatisantes. Puis nous avons adopté un enfant, et quelques mois plus tard j’ai eu une opération cardiaque. En traversant ces épreuves, le Seigneur a toujours maintenu en nous son appel pour aller vers les nations, et pour cela il nous a encouragés à avoir plus d'intimité avec lui. En tant que ses enfants il nous a montré qu’il est souverain, et qu’il est en même temps auprès de nous comme un père plein d’amour pour ses enfants. Il m’a montré que la vie sur terre est brève c'est pourquoi je dois vivre pour Dieu. 

Aujourd’hui nous sommes en France. Cela n’est pas toujours facile d’être à l’étranger mais nous avons la paix et la joie, quelles que soient les circonstances que nous traversons. Quoi que nous fassions, nous voulons le faire pour la gloire du Seigneur comme le dit la Bible : "Ainsi, que vous mangiez, que vous buviez, ou que vous fassiez quoi que ce soit, faites tout pour la gloire de Dieu.Vivez de façon à ne scandaliser personne. Comportez-vous comme moi : je m'efforce de plaire à tous en toutes choses ; je ne cherche pas mon propre bien, mais le bien d'une multitude de gens, afin qu'ils soient sauvés."I Cr 10, 31-33.

H.F.

Visit us

Sunday worship

  • sunday, 10:00 am
  • 230 avenue Saint-Exupéry, Toulouse, France