Mai 2022 - Que chacun prenne garde comment il construit

Chers frères et sœurs, je voudrais partager cette pensée à partir du texte de 1 Cor 3, 6-10, qui m'a fait énormément réfléchir concernant notre engagement au service de Dieu en tant que membres de "La Chapelle". Ce texte si situe en pleine division de l'église de Corinthe à propos de préférences des uns et des autres sur les ministères de Paul, d'Apollos, de Céphas. En réponse à ces divisions, l’apôtre Paul se présente comme un COLLABORATEUR de Dieu. Avez-vous une idée de ce que cela signifie, et quelle est la portée de ce mot ?

Nous partons du principe que pour Dieu nous ne sommes pas indispensables : « nous ne sommes que des serviteurs sans aucun mérite, nous n’avons fait que notre devoir » Luc 17,10. Mais heureusement il nous rend utiles pour développer son Royaume, amen ! Dieu développe son œuvre à travers nous ; l’œuvre ne se fera pas d'un coup de baguette magique. Nous sommes ses serviteurs ! Dieu accorde des fonctions différentes et complémentaires - comme ce fut le cas de Paul, d'Apollos ou de Céphas : planter, arroser, encourager, exhorter, enseigner - il n'y a donc aucune raison de tomber dans des disputes ou de rivaliser les uns contre les autres, il y a beaucoup de boulot à faire ! Chacun doit assumer sa propre responsabilité, et chacun recevra sa propre récompense (vt.8). 

Dieu nous a choisis comme collaborateurs pour le développement de son Royaume et ce n'est pas une présomption, la présence de chacun de nous à "La Chapelle" n'est pas un hasard. Dieu, Lui-même est celui qui appelle, fortifie et nous met en capacité. 2 Cor 3, 5-6 : « Je ne dis pas que nous sommes capables par nous-mêmes, car notre capacité vient de Dieu ; il nous a rendus lui-même capables d'administrer cette nouvelle alliance » Et 1 Tim 1,12 : « Je suis reconnaissant au Christ notre Seigneur, parce qu'il m'a fortifié et jugé digne de confiance, me mettant à son service ».

- 1Cor 3, 10-17 : Le fondement est Jésus-Christ. Les fondements d'un grand édifice ne sont pas visibles, mais sans eux l'édifice ne pourrait exister. Ensuite, il faudra construire sur un socle ÉVANGÉLIQUE RECONNAISSABLE. Il est possible de bâtir sur une autre fondation, plus adaptée aux courants laïcs, libéraux, sociaux, mais ce ne serait plus une église évangélique. Notre identité est fondée sur le Christ. Sommes-nous convaincus de ce que nous avons utilisé comme fondation ? Faisons-nous partie de ce projet ?

- 1Cor 3, 8-13 : Dans ces six versets, le terme « chacun » apparaît 4 fois : chacun recevra sa récompense, que chacun fasse attention à la façon dont il construit, l'œuvre de chacun sera révélée dans le jugement, le travail de chacun sera valorisé par le feu, soit en or, argent, pierres précieuses ; soit en bois, foin, chaume : la méthode pour qualifier les motivations, la responsabilité et la qualité du résultat EST INDIVIDUELLE (c'est Dieu lui-même qui exigera et jugera la qualité de notre travail).

- 1Cor 3, 16-17 : Nous sommes le temple de l'Esprit de Dieu en tant que communauté en Christ ; notre plus haute responsabilité est d'assurer la santé de l'assemblée, de l'église ; Le temple de Dieu est SAINT et nous ne pouvons pas attaquer sa stabilité. Est-il possible alors que notre maladresse, négligence, attitude charnelle, abîme le corps de Dieu ? selon ce verset, évidemment, oui.

- 1Cor 4, 1-2 : Si nous sommes de dignes intendants des mystères de Dieu, nous devons nous efforcés aussi d'être dignes de confiance.

La condition de collaborateur de Dieu suscite en l’apôtre Paul un sens profond des responsabilités, car "ce qui est finalement exigé des administrateurs, c'est qu'ils soient fidèles" (vt.2). Enfin, c'est sa condition de collaborateur de Dieu qui a donné à Paul l'autorité d’exhorter ses frères et sœurs, puisqu'il ne l'a pas fait en son propre nom, mais au nom de ce Dieu qui a été le protagoniste principal de sa vie : « comme son collaborateur que je suis, je vous exhorte… » (2 Cor 6,1). L'apôtre accompagne par l'action, l'élan de Dieu. C'est un véritable ACTEUR, et non un simple spectateur du travail des autres.

Nous avons l'étrange tendance à considérer que tout ce qui est « là-bas », « dehors », est meilleur, et nous ne valorisons pas trop, tout ce que Dieu a donné à « La Chapelle ». Dieu nous a accordé de grandes bénédictions, nous sommes privilégiés à bien des égards ; tout n'est pas parfait, bien sûr il y a beaucoup de travail à faire, mais... qui va le faire, sinon nous-mêmes, les collaborateurs de Dieu ?Lorsque nous étudions les épîtres de Paul, nous trouvons un vaste catalogue de collaborateurs, d'acteurs, d'exécuteurs de l'œuvre de Dieu. Il ne s'agit pas de simples paroissiens, de spectateurs, mais de véritables acteurs, engagés dans l'œuvre. L'apôtre Paul les a très présents à l'esprit puisqu'il les nomme, il est très fier d'eux, il s'adresse à eux avec tendresse, les exhortant parfois fermement : Artémas, Tychique, Zénas, Thimotée, Apia, Marc, Philémon, Aristarque, Epaphras, Démas, Luc, Prisca, Aquilas, Onésiphore, Eraste, Trophime, Linus, Nymphas, Silvain, Claudia… etc.

Le modèle de Tite m'inspire énormément : un collaborateur totalement fiable, honnête, irréprochable ; l'apôtre Paul l'envoya en toute confiance pour exercer des services spécifiques d’exhortations pastorales dans différentes églises, Corinthe, Jérusalem, Crète, toujours digne de confiance avec joie, sans paresse ni amertume ! Ce ne sera pas toujours facile. rappelons nous que l'apôtre a été lapidé plusieurs fois mais son engagement envers l'œuvre de Dieu est resté inaltérable.

Je veux évoquer les dernières interventions de notre pasteur nous appelant à réfléchir quelle est notre place dans le cadre ecclésial, quelles sont nos responsabilités, quelle est notre réponse, notre vision de l’église, quel est notre engagement pour l'avenir. Maintenant c'est à nous de jouer, sonder nos cœurs et répondre à l'appel de Dieu afin d'être ses collaborateurs dignes de confiance.

P.E.

Nous Rejoindre

Culte

  • Le Dimanche à 10h15

 

  • Adresse : 230 avenue Saint-Exupéry

                  31400 Toulouse

 

  • Métro (ligne A) station Esquirol + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti

 

  •  Métro (ligne B) station F. Verdier + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti 

 

  • Rocade Est - sortie 18  direction Pont des Demoiselles

 

  •  Rocade Sud - sortie 20-21 Pont des   Demoiselles