Inquiétudes et dépression, comment faire face?

Avant d'arriver à Toulouse, je vivais en Guyane avec ma famille : ma grand-mère, mes frères et sœur, ma mère et mon Beau-père qui m'a élevée comme étant sa propre fille, car je n'ai  malheureusement pas connu mon père. Ma mère est chrétienne, quand j'étais enfant elle nous emmenait à l'église. Au tout début de mon adolescence vers l'âge de 13 ans durant le W.E. de Pâques, mon beau-père a eu un A.V.C. et il est resté dans le coma pendant 6 mois. Ce fut un grand bouleversement pour toute ma famille. J'ai dû passer d'un comportement d'adolescente à celui d'une adulte en un claquement de doigt : je devais prendre des décisions d'adulte, être partout à la fois pour aider et soulager ma mère. Durant ces 6 mois, chaque jour elle devait rester à l'hôpital, elle devait faire face. Elle s'est éloignée de l'église, je n'ai plus suivi l'enseignement évangélique ni eu une relation personnelle avec Dieu. Mais ma mère continuait à louer Dieu, elle mettait des louanges à la maison et elle lui parlait.

Comme j'étais tout de même assez curieuse, j'allais parfois dans différentes églises pour entendre ce qui se disait, parce que je m'y sentais bien. J'avais vu des films avec ma mère qui parlaient de Dieu, de Moïse ou de Jésus. Dieu était pour moi le créateur, une entité suprême et Jésus quelqu'un à qui on avait fait beaucoup de mal. La majorité des gens me connaissait avec une touche de folie, un grand sourire et une joie de vivre. Mais en vérité ma vie était tout autre, je détestais ma personne, je considérais que ma vie était un échec, je n'avais aucune estime de moi. Je ressentais un grand manque de ne pas avoir eu mon père à mes côtés même si je savais que je n'étais pas la seule dans cette situation. Je gardais le sourire et j'essayais de dissimuler tous ces ressentiments. Puis j'ai fait une dépression, je ne comprenais pas pourquoi ma famille passait par tant d'épreuves, je me sentais coupable d'avoir laisser ma mère et ma sœur seules.

En vérité je ne savais pas comment me décharger de ce poids. Aujourd'hui je réalise que pendant toutes ces années je ne comptais que sur moi. Un soir j'ai appelé Dieu à l'aide, je lui ai dit toutes les raisons pour lesquelles je détestais ma vie. Puis Je suis sortie dehors pour réfléchir et j'ai rencontré des jeunes chrétiens. Ils étaient sortis eux aussi mais pour discuter, venir en aide aux personnes dans le besoin. J'ai accepté de les écouter même si je n'étais pas d'humeur à épancher mon cœur. Je m'étais toujours dit que Dieu m'enverrait des gens me parler et me communiquer son message. Pendant la conversation, l'un d'eux m'a demandé : "Connais tu Jésus ? Puis il m'a expliqué comment lui même s'était converti à la foi chrétienne. Il m'a dit que Jésus était notre "défenseur" et comment il avait transformé sa vie. J'étais surprise par son message et les changements que Dieu avait faits dans sa vie. Avec mon accord ils ont prié pour moi et je me suis sentie apaisée, une charge était ôtée. A l'église les chants de louange me faisaient du bien, je retrouvais une joie de vivre, j'étais comme régénérée en lisant le nouveau testament et chaque prédication me confirmait que Jésus m'appelait à lui faire confiance, à lui laisser toute la place. Puis j'ai décidé de faire une lecture cursive de l'évangile de Matthieu et là un passage m'a particulièrement parlé : "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger."(Mt 11, 28-30)

 Ma première réaction a été d'en rire, je me suis dit " Oui, comme par hasard, à cet instant, et je fais ça comment ?". Je ne me suis pas posée la question longtemps car aujourd'hui je comprends que ce n'était pas à moi de le faire. Au fil du temps Jésus notre sauveur m'a transformée et par sa grâce il m'a donné sa paix et m'a fait prendre conscience qu'au travers de lui j'ai un père qui m'aime. J'ai aussi appris à m'aimer. Durant les 4 premiers mois je n'avais pas réalisé que le Seigneur me façonnait et que je débutais une réelle relation avec Lui. Il n'était pas juste une entité suprême inabordable comme je le pensais autrefois mais il était constamment présent auprès de moi. Je ne pleurais plus et je ne m'inquiétais plus car j'avais aussi été interpellée par un autre passage dans Matthieu 6 v 33-34 : "Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. "

A l'église de "La Chapelle" j'ai été vraiment accueillie par une famille en Christ, merveilleuse. Aujourd'hui, je peux dire que je suis une fille de Dieu, je fais partie de sa grande famille. Dès le début de ma vie chrétienne je voulais me faire baptiser, mais je ne me sentais pas prête, je ne connaissais rien de la Bible. J'ai décidé de me faire baptiser ici à la Chapelle, auprès de vous car chacun d'entre vous, vous m'avez vraiment permis d'évoluer en tant que personne et vous m'avez aidée à grandir spirituellement, à approfondir et purifier ma foi et même à prier à haute voix : par vos encouragements, par les enseignements reçus lors de la préparation au baptême. Merci à tous. Je voudrais ajouter un point important : passer par les eaux du baptême est le symbole de ma foi envers Jésus Christ, ma reconnaissance pour son amour qui l'a conduit à prendre mes péchés sur la croix pour me libérer, me sauver et me rendre juste à ses yeux par la justice de Christ. Me faire baptiser marque mon engagement à le suivre et à le laisser être le souverain guide de ma vie.

L.C.

Nous Rejoindre

Culte

  • Le Dimanche à 10h

 

  • Adresse : 230 avenue Saint-Exupéry

                  31400 Toulouse

 

  • Métro (ligne A) station Esquirol + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti

 

  •  Métro (ligne B) station F. Verdier + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti 

 

  • Rocade Est - sortie 18  direction Pont des Demoiselles

 

  •  Rocade Sud - sortie 20-21 Pont des   Demoiselles