Allez, n'ayez pas peur !

J’ai toujours été inspirée par l’obéissance d'hommes et de femmes missionnaires qui ont consacré leur vie à communiquer l’amour de Jésus. Malgré l'éloignement, les trajets difficiles, les barrières de la langue et de la culture, les sacrifices familiaux, des chrétiens ont su répondre à l’appel de Dieu pour aller servir dans d’autres pays.

Je ne suis pas la seule à être admirative envers ces personnes, les non croyants peuvent aussi reconnaître ces bonnes œuvres accomplies au nom de Jésus Christ. Un article de presse du Sunday Times intitulait « En tant qu’athée, je crois sincèrement que l’Afrique a besoin de Dieu ». L'auteur reconnaissait le travail gigantesque et impressionnant accompli par tous ces chrétiens envoyés en Afrique. Par leur dévouement, ils se sont mis au service des gens et leur ont donné l’occasion d’obtenir une éducation et des soins et par conséquence de meilleures conditions de vie. Personnellement je suis très fière de mes aïeux qui depuis plusieurs générations ont également accepté l’appel de Dieu sur leur vie et sont allés loin de chez eux pour un ministère auprès d’autres, pour des œuvres sociales et pastorales (en Inde, au Népal et aux Caraïbes). J’ai grandi avec des histoires miraculeuses, de sacrifices et de bénédictions. Un des témoignages qui m'a bouleversé est celui de l’hôpital de la ville qui avait fermé, alors ils ont ouvert leur maison pour laisser entrer les malades et leur dispenser les soins médicaux. Ils ont aussi ouvert des écoles et appris leur langue, tout cela pour apporter l’amour de Dieu.

Je cite Françoise Xavière, institutrice italienne qui aspirait à partir en Chine en tant que missionnaire mais qui fut envoyée aux États-Unis dans les années 1880, et qui a ensuite fondé des écoles, des hôpitaux, des dispensaires et des orphelinats : « J’irai partout pour communiquer l’amour de Jésus à ceux qui ne le connaissent pas, ou à ceux qui l’ont oublié. ». Les premiers exemples de missionnaires se trouvent dans la Bible, avec Paul qui est venu plus près de chez nous pour partager l’évangile, ou bien Philippe, souvent appelé « l’évangéliste ». Bien que nous employions ce terme « missionnaire » actuellement, vous ne le trouverez pas dans les Écritures. Il y a plutôt l’expression « témoin » ou « apôtre ». Nous trouvons aussi le terme « être envoyé », ce qui implique qu’il s’agit de l’action de Dieu et non la nôtre. Un témoin de l'évangile ne part jamais avec sa propre autorité et c’est toujours pour une raison. Mt 28v19 "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" et Mc 16v15 "Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création."

Vous connaissez peut-être l’histoire des 5 jeunes missionnaires qui furent massacrés en Équateur en 1956 et qui avaient à cœur d’atteindre une tribu amérindienne isolée, les Aucas, connue comme étant une tribu cannibale. Suite à cette tragédie Elisabeth Elliot, la femme d’un des missionnaires, a ensuite eu l’immense courage d’y retourner avec les autres femmes des missionnaires assassinés, pour continuer le travail d’évangélisation au sein de cette tribu. Elle a écrit deux livres sur l’histoire des cinq martyrs qui sont devenus les récits missionnaires les plus lus du siècle dernier et qui ont marqué durablement toute une génération. Des centaines de jeunes ont répondu à l’appel au service grâce à ce témoignage poignant. Une tragédie similaire est arrivée le 17 novembre dernier quand un jeune aventurier américain de 27 ans, John Chau, a été tué en essayant d’atteindre la tribu isolée des Sentinelles, réputée dangereuse, pour les évangéliser. Il a écrit avant de mourir « Vous pensez peut-être que je suis fou de faire tout ça, mais je pense que ça vaut la peine d’apporter Jésus à ces gens. »

Je crois que Dieu nous donne encore aujourd'hui des dons à partager, que ce soit dans l’enseignement, la médecine ou la justice. Ce sont des métiers grâce auxquels nous pouvons être très utiles partout, mais il n’y a pas que ceux-là. Si je reviens à l’exemple de Paul, il a utilisé les dons que Dieu lui a donnés pour rendre service aux gens et financer ses propres trajets missionnaires, contrairement aux autres personnes envoyées. Actes 18 v3 nous explique « comme il avait le même métier, il demeura chez eux et y travailla : ils étaient faiseurs de tentes » Bien qu’il ait été critiqué pour cela, nous voyons en 1 Corinthiens 9 qu’il a pu travailler de ses mains et toucher un salaire en même temps qu’il travaillait pour partager l’évangile.

Nous pouvons tous servir Dieu et les autres de différentes façons à partir des occasions que Dieu nous donne. Il nous suffit d’avoir l’amour de Christ pour les autres et de l’obéissance. Comme exemple, je voudrais partager ici mon expérience à l’université. En tant qu’étudiants, nous n’avions pas beaucoup d’argent mais nous avions beaucoup de temps pendant les vacances d’été. Pour cette raison presque tout le monde dans le GBU travaillait un peu puis partait en mission quelque part, souvent chaque été. Dans nos discussions pendant le groupe de maison, nous avons vu qu’il est parfois plus facile de partir loin de nos proches et de nos habitudes pour oser parler de notre foi à des inconnus. Luis Palau, évangéliste argentin, dit avoir été marqué par son père Pasteur, qui était passionné pour partager l’évangile. Enfant, son jeu préféré avec ses sœurs était de jouer à « l’église » et avant de se coucher, sa mère lui racontait des histoires audacieuses de missionnaires comme Mildred Cable et Francesca French qui ont apporté l’évangile en Asie malgré la persécution.

Cette vocation, ou au moins cette ouverture au monde, peut effectivement être partagée dès l'enfance comme ce fut le cas pour Luis Palau. J’ai entendu l’histoire d’une famille dont les enfants sautaient de leur lit le soir pour atterrir sur une carte du monde, puis ils priaient pour ce pays et les missionnaires qui s’y trouvaient. Ces témoignages missionnaires sont très encourageants. J’ai toujours été très touchée par la manière dont Dieu pourvoit et agit pour ceux qui ont fait ce pas de foi pour la mission et je vous encourage à vous procurer quelques récits missionnaires, peut-être en offrir pour Noël. Et si cela vous intéresse d’être envoyé en mission, l’église se fera un plaisir de vous soutenir : "La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux.  Priez donc le Seigneur à qui appartient la moisson d’envoyer des ouvriers pour moissonner." (Mt 9, 37-38)

H.J.

Nous Rejoindre

Culte

  • Le Dimanche à 10h

 

  • Adresse : 230 avenue Saint-Exupéry

                  31400 Toulouse

 

  • Métro (ligne A) station Esquirol + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti

 

  •  Métro (ligne B) station F. Verdier + Bus (Ligne 7) direction St Orens C/Cial - arrêt Tahiti 

 

  • Rocade Est - sortie 18  direction Pont des Demoiselles

 

  •  Rocade Sud - sortie 20-21 Pont des   Demoiselles