Être chrétien impliquait la volonté de s'engager dans un processus de changement quotidien et donc se remettre en question

Ma mère s'est convertie quand j'étais tout jeune. Une voisine avec qui elle avait sympathisé lui avait beaucoup témoigné de sa foi. Même si mon père était plutôt hostile au départ, il permettait à ma mère de nous amener à l'église ma grande sœur et moi. Pour moi c'était l'occasion de me faire de nouveaux copains, et je trouvais les histoires racontées lors du club du dimanche vraiment chouettes. Surtout qu'elles étaient vraies ! Environ 5 ans plus tard, mon père s'est converti lors du baptême de ma mère. Durant ces années, cette renaissance que Dieu a provoquée chez mes parents m'a beaucoup marqué. Tous ces merveilleux changements que j'ai vécus avec eux et dont je vois encore aujourd'hui les fruits sont le témoignage le plus percutant à mes yeux.

La communion fraternelle dans l'église que j'ai fréquentée toute mon enfance et mon adolescence a contribué à m'affermir dans la foi et à me faire sentir que je vivais quelque chose de différent. Cette relation avec Dieu m'est très vite devenue indispensable. Lui appartenir était la chose la plus importante. Par la suite j'ai fréquenté des groupes de jeunes et des camps chrétiens en tant que colon puis animateur. Ce fût pour moi des moments incroyables que j'attendais avec impatience. Vivre des temps de loisirs avec d'autres jeunes partageant les mêmes convictions était un vrai bonheur. Mon pasteur de l'époque m'a alors incité à réfléchir au baptême. Je n'avais pas encore pensé à franchir le pas. J'attendais peut être une révélation ou un événement mystique. J'ai finalement compris que cela ne dépendait que de moi et qu'il n'y avait aucune raison d'attendre plus longtemps pour faire cet acte d'obéissance et témoigner ma volonté de suivre Dieu. A 17 ans j'ai donc pris la décision de me faire baptiser.

Je suis quelqu'un d'assez idéaliste et durant mes jeunes années j'ai été témoin de divisions d'églises et de comportements choquants chez certains chrétiens. J'ai aussi été troublé quand je me suis rendu compte du nombre de dénominations existantes chez les protestants (réformés, baptistes, darbystes, pentecôtistes, charismatiques... ). Le plus perturbant pour moi était d'entendre certaines personnes critiquer violemment ceux qui ne partageaient pas leurs convictions. Alors dans mon esprit, cette idée du monde chrétien parfait a peu à peu disparue. Ce fut pour moi une période de questionnement durant laquelle j'ai compris que mon lien avec Dieu ne s'arrêterait pas à ma conversion. Je devais développer une relation personnelle avec lui. Le fait d'accepter Jésus comme mon Sauveur n'était que le début d'un cheminement. Être chrétien impliquait la volonté de s'engager dans un processus de changement quotidien et donc se remettre en question, toujours dans le but de réaliser au mieux la volonté de Dieu.

Quand je suis arrivé à Toulouse en 2007 pour rejoindre A. (que j'allais épouser un an plus tard), elle venait juste de découvrir l'église baptiste de "La Chapelle" après avoir fréquenté quelques autres églises de la ville. J'ai très vite accroché avec la bienveillance qui se dégageait dans cette église. Et puis on a intégré le groupe de jeunes où l'on a passé de très bons moments. Un point fort pour moi c'est la diversité des gens qui la fréquentent. Aussi bien une diversité sociale que spirituelle. En effet certains viennent de milieux chrétiens différents de celui des églises où j'ai grandi et je trouve cela vraiment enrichissant.

Aujourd'hui je me sens vraiment béni dans ma vie avec la femme que Dieu a mise sur mon chemin ainsi qu'avec mes deux merveilleuses filles.

J.A.

Visit us

Sunday worship

  • sunday, 10:00 am
  • 230 avenue Saint-Exupéry, Toulouse, France