Avril 2021 - Foi et engagement chrétien dans ma vie professionnelle

En entrant dans la vie active, je ne me suis pas réellement posé de questions, trop occupé que j’étais à y trouver ma place. Mes premières années de travail, je vivais un peu deux vies en parallèle, du lundi au vendredi, salarié, les samedis et dimanches, parfois paroissien d’une église, parfois pas.

En 1992 j’ai rejoint avec ma famille une église évangélique Mennonite. Pour ceux qui ne connaissent pas le mouvement Mennonite, sachez qu’il se rapproche énormément du mouvement Baptiste. Lors de ce changement de paroisse j’ai pris conscience de ce qu’était un chrétien professant. J’ai commencé à fréquenter assidument les cultes du dimanche ainsi que les réunions de semaine, études bibliques et réunions de prières. J’ai alors mesuré la distance qu’il y avait entre ma vie professionnelle et ma vie de chrétien membre d’une église évangélique, et surtout, au travers de l’étude des textes bibliques et du partage avec les frères, que cette distance n’était pas compatible avec mon engagement.

Voici quelques textes qui ont, pour moi, souligné le problème :

- Jean 17 (16-18) : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Consacre-les par la vérité : c’est ta parole qui est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde » Donc, en clair, ma place est bien parmi les hommes et dans la société, mais, en tant que fils de Dieu, je n’ai pas à vivre comme eux. Je dois vivre dans la vérité de Christ.

- Aux Colossiens 3 (23) : « Quoi que vous fassiez, travaillez-y de toute votre âme, comme pour le Seigneur, et non pour des humains. » A méditer lorsque je ne suis pas en phase avec mon patron terrestre et que j’ai envie de me révolter car je trouve qu’il ne me traite/apprécie pas à ce que je pense être à ma juste valeur.

Il fallait donc que je me positionne clairement. Mais comment faire, tiraillé par l’envie de réussir dans la vie et celle de vivre la vie pour laquelle Dieu m’a placé là où je suis. Ma vie professionnelle n’a pas été un long fleuve tranquille. Ma recherche de positionnement en a suivi les méandres. Certaines fois je voyais clairement où je ne devais pas aller, comme par exemple lorsqu’on me proposait des accords ou des arrangements pas très licites. D’autres fois c’était plutôt entre gris clair et gris foncé, avec la tentation de succomber aux charmes de petits arrangements avec ma conscience, du genre « ce n’est pas bien grave », ou « ça ne porte pas à conséquence ».

A ce point, certains vont se dire que je vais sortir une recette infaillible de mon chapeau. Tadam… Eh oui, il y en a bien une, et à mon avis tout le monde la connait. Mais elle ne sort pas de mon chapeau, on la trouve dans la Bible au Psaume 139 (23-24) : « Sonde moi, ô Dieu, connais mon cœur, examine moi, et connais mes pensées, regarde si je suis sur une mauvaise voie et conduis moi sur la voie de l’éternité. » J’en ai tiré l’enseignement suivant : quoi que nous ayons à faire, quelle que soit la position à adopter, lâchons la tentation de nous en remettre à notre seule intelligence, à notre talent ou à l’avis général, et déterminons nos choix sur la seule vérité biblique.

Sur ce principe, j’ai parfois pris des décisions contraires à la logique entrepreneuriale ou mercantile, décisions fortes que je n’ai jamais eues à regretter car « Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu ». Romains 8 (28)

C.D.

Visit us

Sunday worship

  • sunday, 10:00 am
  • 230 avenue Saint-Exupéry, Toulouse, France