Novembre 2017 - Les nouveaux ennemis du christianisme

Je reproduis ici l'édito de Michel Varton (directeur de Portes Ouvertes) paru dans Le magazine P.O. d'octobre 2017. Il me semble très pertinent pour susciter et encourager notre prière :

Les adversaires de l'Église sont de plus en plus nombreux. Restons proches du Christ pour tenir ferme. Durant une grande partie du XXième siècle, l'ennemi numéro un du christianisme était le communisme. Son slogan était « Dieu n'existe pas ».Il est vrai qu'une partie importante du globe était alors couverte par des régimes « démocratiques socialistes », c'est à dire communistes. Et des milliers de chrétiens souffraient.

Trois adversaires dans 50 pays de l'index.

            - Malgré la chute du Rideau de fer, certains pays maintiennent les mêmes positions à l'égard de l'Église, même s'ils ne se disent pas tous ouvertement communistes.

            - Un deuxième ennemi s'est réveillé dans les années 70 (ce n'est pas nouveau). L'islam intégriste semble avoir pris la relève du communisme. L'islam dit : « Dieu n'a pas de fils ». Parmi les 50 pays  de l'Index Mondial de Persécution des Chrétiens, 39 sont des pays islamiques.

            - La mondialisation a provoqué un troisième ennemi : le nationalisme religieux. Les régimes hindous et bouddhistes disent que pour être un bon patriote, il faut appartenir à la religion du pays. La conversion vers le christianisme est donc une trahison envers la patrie. C'est ce que nous voyons dans des nations comme le Myanmar, le Népal, et bien entendu l'Inde.

Chez nous aussi.

            - Le slogan est « Dieu c'est moi» . Nous vivons la « selfie-génération ». Le laïcisme* a banni Dieu de notre société, car nous n'avons plus besoin de lui. Nous avons remplacé les Tables de la Loi par les Droits Humains, plaçant l'homme et la femme au centre. Nous sommes devenus comme les Chaldéens que décrit le prophète Habakuk « Ce peuple est formidable et terrible ; de lui seul viennent son jugement et sa dignité »(Hab 1:7). Puisque la religion est source de tant de problèmes ailleurs, autant l'abolir ici. J'espère que vous êtes bien ancrés dans votre foi. Car la route risque d'être cahoteuse à l'avenir. C'est pourquoi nous avons besoin de rester proche de Dieu et de son Église persécutée. »

Frère André disait un jour : « Je n'ai entendu que deux réponses de la part des chrétiens qui ne reconnaissaient pas les signes des temps.

  • Ceux qui disaient « Cela n'arrivera jamais ici »…
  • ... et ceux qui disaient « Nous pensions que cela n'arriverait jamais ici ».

Alors que faire ? Se décourager ou bien fermer les yeux ? Ni l'un ni l'autre. Il nous faut prier sans cesse, dans la joie et en remerciant Dieu en toutes circonstances (1 Thes 5:17).

  • Prions pour nous afin de mener le bon combat de la foi sans nous décourager.
  • Prions pour toutes les instances qui représentent l'Église : l'Église catholique, le Fédération protestante de France, Le CNEF, les diverses fédérations et œuvres que nous connaissons, pour qu'elles fassent entendre la voix des chrétiens devant les instances publiques.
  • Prions pour nos gouvernants afin que Dieu suscite des hommes justes et droits.

 Nous ne luttons pas contre des hommes mais contre des puissances invisibles qui veulent anéantir le témoignage de Jésus-Christ. Permettons au Saint Esprit de nous conduire dans une vie de prière persévérante et un témoignage convaincant.

C.B.

* À ne pas confondre avec la laïcité qui permet à chacun de vivre librement sa foi et ses convictions sans être inquiété. Note de C.B.

Visit us

Sunday worship

  • sunday, 10:00 am
  • 230 avenue Saint-Exupéry, Toulouse, France